Comment je me suis mis à la musique et où j’en suis aujourd’hui

Vers 2015, après avoir passé toute mon enfance et la majorité de mon adolescence à dessiner avec passion, quelque chose d’inattendu s’est produit. Ou plutôt s’est petit à petit installé.

Au début je ne le croyais pas et je le refusais de l’admettre mais la réalité s’est imposée à moi.

J’étais fatigué de dessiner.
Dessiner m’ennuyait.
M’agaçait même.

Je ne comprenais pas, comment une activité que j’aimais tant pouvait devenir une source d’irritation pour moi ? Pourquoi former des lignes avec des crayons était devenu si pénible ? Étais-je une personne instable ?

Après plusieurs tentatives (échouées) de raviver la flamme, j’ai décidé d’arrêter. Tout simplement. Plus de dessin, plus de crayons, plus de femmes nues sans tétons (Oui oui c’est en grande partie ce que je dessinais 😅 ).

J’étais là. À faire cours. À passer mon temps à causer par messages. À réviser, des fois. Comme n’importe quel élève de terminale.

(bored teen)

Mais pendant tout ce temps, je ressentais un vide. Pas comme le vide-manque qui me pousse à passer des nuits sur Wikipédia pour le combler, mais une sorte de vide qui pourrait se combler lui-même… vous me suivez ?
Non ?
Moi non plus je comprenais pas.

Après deux semaines dans un état « neutre et ennuyeux en arrière-plan », je me suis finalement rendu compte de ce qu’il me manquait.

C’était la création.

J’étais persuadé que ma passion était le dessin et que je pourrais même passer ma vie à le faire, mais en fait je m’étais trompé.

Je n’aimais pas le dessin pour lui même, mais j’aimais la possibilité qu’il me donnait de créer ce que je voulais.

De m’exprimer.
De représenter visuellement ce que je n’arrivais pas à décrire en moi (même si honnêtement c’est toujours flou, même dessiné).

Disconnected Aquaria, digital painting by O'Plérou

Je découvris alors que ma véritable passion, c’était de créer.

Et c’est ainsi que j’ai cherché d’autres moyens de création.
Et j’ai finalement choisi la musique.

Débuts avec la musique

J’avais fait en 2013 des activités de vacances à l’Insaac, et il y avait parmi ces activités une initiation à la musique: j’y avais acquis certaines bases. (Je savais reconnaître le Do sur un clavier et faire « do ré mi fa sol la si do » avec un piano. C’était déjà ça 😂😅)

J’ai donc téléchargé sur mon téléphone des applications pour faire de la musique (Walk Band puis MidSequer), et je me suis lancé.
Dans le vide.

La musique n’était pas du tout comme le dessin, il n’y avait aucun élément visuel pour me guider comme à mon habitude.

J’ai donc commencé à expérimenter. Associer et enchaîner des notes. Superposer et jouer avec l’intensité des instruments. Et à faire des recherches sur Wikipédia. Et à comprendre un peu comment ce système marchait.
(something)

Avec le temps, j’ai découvert que c’était une sorte de mélange de collage et de peinture. Que les instruments étaient des morceaux de papier aux textures différentes. Que les notes étaient des couleurs ayant aussi leurs systèmes d’harmonies. Et je me suis amélioré.
Mes compositions étaient plus harmonieuses, et moins pénibles à écouter. – Grand merci à tous ceux qui ont pu supporter ça et me faire des critiques-
(makinmuisc)

Aujourd’hui je ne peux pas me décrire comme pro en musique car je suis toujours en phase d’expérimentation, et qu’en plus il s’agit de musique électronique. Mais je peux par contre dire que mes compositions sont devenues potables. 🙂

Cette année j’ai décidé de publier ces expériences et le premier groupe sera un EP intitulé Unmastered Drey Stories.
Je vous laisse avec Zelidrou, extrait de l’EP (:

N’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous en pensez, ou me demander ce que vous voulez savoir ^^

3 réponses à “ Comment je me suis mis à la musique et où j’en suis aujourd’hui ”
  1. Le dessin t’ennuyait. C’est surprenant.
    Au sujet d’unmastered, le début est trop lourd. Je crois que c’est parce que le son de la batterie est trop fort en arrière plan.Ca fait doum-doum.
    J’adore le « gasp » cest cool. C’est comme une transition ça marque le changement de rythme selon moi.
    Ça s’améliore à partir de 1min23 ça devient moins lourd.il y a moins de doum-doum avec la batterie les kish-kish c’est mieux.
    Le rythme accélère à partir de 2min42 c’est super bien. Je crois que c’est ma partie préférée (de 2min42 jusqu’à la fin).
    Je m’y connais pas en musique mais je dirais que tu utilises mieux les sons légers comme le pin-pin-pin-pin en arrière plan. Ça fait rêver. Les doum-doum ça empêche mon esprit de se laisser emporter par la musique.
    Désolée pour les doum-doum, kish-kish je sais pas comment expliquer xD.
    Overall, c’est un bon soundtrack pour un amateur. Je suis pressée d’entendre les autres soundtracks du groupe.
    Et puis ça serait bien de faire un article sur comment tu t’es réconcilié avec le dessin .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *